Histoire d’éleveurs #5 – Un militant du Nustrale

Actualité rédigée par
dans la catégorie Actualités

« Nous devons nous battre contre toute forme d’imposture »

Ghjambattista Bourdiec n’a jamais pensé pouvoir faire autre chose.

Quand il achève sont BPREA (Brevet Professionnel Responsable d’Entreprise Agricole), c’est tout naturellement qu’il se dirige vers l’élevage porcin.

« J’étais au village, je ne me voyais pas choisir une autre activité ».

S’il ne bénéficie pas d’une transmission directe, il peut compter sur les « anciens » et sur la solidarité villageoise.

En 2009, il crée son exploitation avec un parti-pris : faire du Porc Nustrale, rien que du Porc Nustrale.

Aujourd’hui, Ghjambattista Bourdiec a 32 ans. A la tête de 130 hectares, il élève environ 300 porcs Nustrale par an dans le respect de la tradition de l’élevage de parcours. « Nous les nourrissons aux glands, à la châtaigne, nous emmenons les porcs à l’estive. D’ailleurs, sur le parcours, il leur arrive aussi de  manger de la fougère, la scopa. Ce sont tous ces éléments qui donnent à la viande ses caractéristiques et ses qualités spécifiques »

Chaque année, Ghjambattista Bourdiec réserve entre 90 et 130 porcs qu’il transforme en Coppa di Corsica, Lonzu, Prisuttu dans le respect exclusif des méthodes artisanales et des procédures définies par le cahier des charges encadrant les trois Appellations d’Origine Protégée, ce qu’il revendique avec fermeté.

« Pour qu’un Label de qualité ait de la valeur, il faut qu’il soit fiable. Quand on voit apparaitre des indications géographiques (IG) faisant allusion à la Corse sur des jambons ou des pièces de charcuterie dont le prix est deux fois moins élevé, on sait que c’est de l’imposture, une tromperie pour le consommateur »

A cet égard, il s’avoue déçu et indigné par le laxisme de l’Administration Française « incapable d’appliquer les directives européennes pourtant claires sur le sujet ».

Comme de nombreux éleveurs, il fabrique la Bulagna, le Figatelli et le Saucisson qu’il commercialise également en vente directe, auprès des restaurateurs, d’habitués et des épiceries de la région de Silvareccio. S’il est favorable à l’extension de l’Appellation d’Origine Protégée, l’éleveur rappelle l’importance de rester vigilant afin de protéger les spécificités de l’identité corse de ces produits.

Rien d’étonnant pour cet amoureux de la musique corse qui reconnait ne placer rien au-dessus des « paghjelle » traditionnelles.